Adopter un chien en refuge, ce qu’il faut savoir

Salut à tous ! Bienvenue sur Esprit dog. Aujourd’hui, nous allons interviewer Claire, une responsable de refuge pour chien.

Esprit dog : Est-ce que tu pourrais décrire un petit peu le processus d’adoption quand une famille vient ?

Claire : Déjà c’est formel, il faut que la famille soit au complet pour le moment de l’adoption. Ils peuvent venir voir pour concrétiser l’adoption il faut que la famille soit au complet. C’est hyper important pour adopter un chien en refuge, il y a des gens qui ne comprennent pas. Mais nous, on a besoin d’observer l’humain avec le chien. Et inversement le chien avec la famille et notamment les enfants. Donc on va leur demander dans quel contexte ils vivent, le temps d’investissement même si après ils nous disent ce qu’ils veulent. On doit faire confiance quand même en l’humain. Si les conditions d’adoption conviennent, si l’animal convient bien à ce mode de vie et si les gens ils sont partants, c’est bon pour nous !

On va leur demander une participation de 150 euros pour un adulte, 300 pour un chiot. Ça couvre les vaccins à jour l’identification et la stérilisation. On stérilise tous nos animaux, c’est-à-dire si on place une chienne et qu’elle va faire 8 petits à côté, on n’a rien compris. On se donne le droit de refuser si ce n’est pas du tout compatible. Donc nous, on se donne le droit de refuser, et on leur dit : par respect pour vous, on refuse.

Il y a des gens qui ne comprennent pas, ils détestent le « non ». Donc moi je dis : par respect vis-à-vis de vous on va vous protéger. Si vous ne voulez pas, nous on va le faire pour vous et on va vous dire « non » parce que ça ne vous correspond pas. On a des chiens qui sont très sensibles et qui ne pourront pas s’adapter à certains modes de vie.

Esprit dog : Est-ce que tu les encourages à prendre des cours d’éducation ?

Claire : On les encourage vivement d’autant plus qu’on a un éducateur bénévole comportementaliste qui offre deux séances d’éducation comportementale. On dit aux gens : n’attendez pas que le problème s’installe. Les gens ils attendent trop longtemps, il y a des signes logiques qui montrent que ça se passe mal, ils nous disent « non, mais ce n’était rien » alors qu’en fait, si. Ils vont nous appeler trop tard, et quand c’est trop tard c’est à ce moment qu’on le reprend. Enfin, il y a un moment, on va demander à un chien, qui a été adopté, tu vas être cool tout de suite, tu vas changer d’environnement, il va y avoir des bruits des odeurs différentes et il va falloir que tu t’adaptes du jour au lendemain. Non, un chien c’est un être vivant et sensible et il va lui falloir plus de temps et ça, il faut que l’humain le comprenne.

Adopter un chien en refuge, les questions à poser

Esprit dog : Quelle question les gens doivent se poser avant de venir chez toi pour adopter un chien dans ton refuge ?

Claire : En grande partie, c’est l’investissement. Est-ce qu’ils ont le temps de s’investir ? Un chien, ça demande beaucoup d’investissement, c’est-à-dire qu’on ne peut pas rentrer du travail et puis se mettre devant le canapé. C’est impossible. Donc est-ce qu’on a le temps et l’envie de consacrer du temps à son animal quotidiennement ? Ce n’est pas une fois par semaine, c’est quotidiennement. Financièrement, il y a des gens qui n’ont pas d’argent, mais qui donnent tout. Donc je ne pense pas que ce soit un problème financier. Surtout qu’après il y a même des dispensaires qui peuvent aider. C’est surtout l’investissement en temps et en amour qui est important.

Adopter un chien en refuge, ce qu’il faut savoir