Le Berger blanc suisse

Salut à tous ! Bienvenue sur Esprit Dog. Aujourd’hui, je vais vous présenter le berger blanc suisse.

Chien sportif par excellence, il est performant dans toutes les disciplines que vous pourrez lui faire faire. C’est un chien qui adore rester avec ses maîtres. Pour le coup, il y a une information qui est extrêmement importante, vous avez un chien qui est tellement proche de ses maîtres qu’il peut faire de l’hyper attachement. Il va donc être très important, dès son plus jeune âge, de lui apprendre aussi à avoir un peu son indépendance.

Un grand sensible

Attention, ce chien est hypersensible. Je n’aime pas trop le mot “hyper”, mais c’est vrai que de plus en plus, on voit des sujets qui sont vraiment très sensibles. Ce n’est pas forcément un gros mot, ça peut être aussi une qualité pour lui, parce qu’il arrive à ressentir son environnement et à en décrypter et en découvrir des aspects que d’autres chiens n’arrivent pas à voir. En revanche, sa sensibilité va vous pousser à avoir une éducation extrêmement précoce dans la découverte de son environnement.

Je ne suis même pas en train de vous parler de dressage à proprement parler ou d’ordre de base, je vous parle vraiment de découverte du monde extérieur. Sachez que si vous ne lui faites pas découvrir les bus, les taxis, les couloirs de métro parisien quand il est petit, n’espérez même pas lui faire découvrir quand il sera grand. Vous pourriez vivre de grands moments de galère et de solitude quand vous vous retrouverez à prendre le TGV avec votre chien.

Un chien qui ressent son environnement

Étant donné que c’est un chien qui respire son environnement, qui le découvre, il est très pointilleux des détails. Plus il découvrira d’environnements nouveaux et riches et plus il sera heureux et bien dans sa tête. Au contraire, si vous ne lui faites rien découvrir, il pourra vous développer des troubles de comportement comme de la peur. La peur, c’est souvent la première raison de la fugue. Il peut aussi vous déclencher des troubles au niveau de son pelage et de sa peau. La peur va entraîner un stress, le stress va entraîner des rougeurs, des démangeaisons, les poils qui tombent et ainsi de suite.

C’est un chien qui ne demande pas, même s’il est blanc, pas beaucoup d’entretien. Vous allez le brosser trois fois par an lors des mues et ensuite le poil étant autonettoyant ça va plutôt vite. En effet, il joue, il se traîne dans la boue, il est dégueulasse quand vous le faites rentrer. Il dort pendant deux heures et après vous avez plus qu’à passer un coup de balai sur le sol. Attention quand même, quand on prend un chien blanc, on accepte qu’un chien blanc devienne gris lors des balades.

Si vous vous amusez à le toiletter ou laver tous les trois jours en lui mettant des produits sur lui tout ce que vous allez gagner, c’est un chien qui va perdre toutes ses défenses immunitaires. Avec ses barrières protectrices en baisse et il va déclencher toutes les maladies qui peuvent traîner. Donc attention, c’est un chien super rustique si vous le respectez tel qu’il est.

Un animal près de son maître

Niveau dressage et éducation, il ne vous posera aucun problème. Il est très intelligent et il apprend tout de suite. De plus, c’est un chien qui est plutôt “bonne patte”. Il n’a aucune tendance agressive, même en grandissant, même en devenant un vrai grand mâle adulte. Néanmoins, certains modèles, des fois, ont du mal à s’entendre avec leurs congénères. Sinon ça va quand même relativement, facilement. Il n’est pas très caractériel. C’est un chien qui adore partager les activités avec ses maîtres. Si vous le prenez pour le laisser dans le jardin, vous n’avez rien compris.

Lui, il a besoin de rester avec vous. Donc si vous avez un jardin, c’est bien, mais gardez-le avec vous soit dans le jardin soit en intérieur. Là où vous êtes, il doit être. Tout en faisant comprendre qu’il va devoir, parfois, prendre son indépendance.

Le berger blanc suisse, un chien résistant

Malgré ses poils, c’est un chien qui résiste très bien au chaud. Il va s’adapter quasiment à toutes les situations de la vie. Ça va être un compagnon que vous allez prendre pour toutes vos activités. Vous voulez faire du vélo ? Prenez-le avec vous. Vous voulez faire des activités sportives ? Agility ? Mordant ? Faites ce que vous voulez du moment que c’est bien fait tout est bon pour lui ce n’est pas un souci. Attention, ce chien-là est un petit peu plus sujet que d’autres races à la dysplasie de la hanche. Donc, faites quand même attention.

Le berger blanc suisse est sujet aux allergies cutanées ainsi qu’aux intolérances alimentaires. Les deux problèmes sont généralement liés. En effet, cette race de chien est particulièrement sensible au changement de régime alimentaire. Si son corps n’accepte pas les différents aliments que vous lui fournissez, le chien connait des démangeaisons cutanées, des vomissements ou encore une diarrhée. Pour éliminer les symptômes, il est important d’écarter l’animal de tout allergène responsable.

La rupture des ligaments croisés est également un mal qui touche le berger blanc suisse. Le ligament du genou connaît une dégénérescence qui entraîne une boiterie des membres postérieurs. Ce problème nécessite une intervention chirurgicale afin de soigner votre chien.

Il est également sujet à l’épilepsie. Cette maladie neurologique provoque des crises par intermittence. Si la gravité de ces dernières peut varier, il est important d’emmener votre chien chez votre vétérinaire en cas d’épilepsie.

La race est aussi sujette à de nombreux troubles de coagulation du sang. Cette maladie héréditaire, également appelée hémophilie, empêche le chien de pouvoir coaguler correctement. Les saignements sont donc abondants et prolongés en cas de blessure.

Enfin, une perte de tonus musculaire dans l’œsophage peut dilater ce dernier et causer des problèmes à l’animal. Cette pathologie, souvent observée chez les chiots, est répertoriée comme une malformation congénitale. Toutefois, ce problème d’œsophage peut également survenir chez les chiens adultes. Le traitement de cette maladie est compliqué surtout chez les chiots.

C’est vrai que c’est un chien qui excelle dans toutes les disciplines, où il y a du saut de palissades notamment, mais on surveille quand même son squelette et son développement. Et cela, que ce soit au niveau physique et physiologique. En effet, il pourrait ensuite développer des troubles ostéoarticulaires.

Caractéristiques du berger blanc suisse

Niveau santé, c’est rustique, c’est robuste, il n’y a aucun souci là-dessus. Malheureusement, vous aurez des problèmes si vous ne vous en occupez pas et que vous ne le respectez pas comme un berger blanc suisse.

Espérance de vie entre 10 et 14 ans en moyenne. Après ça dépend, il y en a qui peuvent aller un petit peu plus loin. Mais grosso modo, ça va être entre 10 et 14 ans. Pour le poids, certains mâles peuvent aller jusqu’à 40 kg. Les femelles, en général, sont un peu plus légères. Elles vont faire entre 30 et 35 kg.

Maintenant, on va aller voir une passionnée de la race, on va aller voir Lina.

L’interview de Lina, propriétaire de berger blanc suisse

Esprit Dog : Bon, on va commencer par la première question, pourquoi un berger blanc suisse ?

Lina : C’est un tempérament qui était assez calme, qui était câlin, mais qui aimait beaucoup apprendre et qui avait besoin de sortir et donc c’était un bon compromis. Je voulais aussi un gros chien.

Esprit Dog : Est-ce que tu pourrais me donner trois qualités de chez lui ?

Lina : Très aimant, c’est un pot de colle. C’est très malin, il a adoré apprendre, et il apprend très vite. Il est aussi très calme. Dans l’apprentissage ou même quand on est dans une situation de jeu ou une situation qui pourrait être angoissante, la réaction qu’il a est toujours relativement sereine.

Esprit Dog : Au niveau de sa santé, est-ce que tu as connu des soucis avec lui ?

Lina : Oui, quand il était petit, on a eu beaucoup de mal à trouver une alimentation qui lui allait. Elle lui a causée des problèmes de peau et donc on a dû changer plusieurs fois jusqu’à ce qu’on trouve la bonne alimentation. Depuis, on a pu de problème.

Esprit Dog : Est-ce que maintenant, tu as trouvé la bonne croquette pour lui ?

Lina : Si je ne prends pas des croquettes, il est au barf. J’ai changé quand il était petit.

Esprit Dog : OK très bien. Est-ce que c’est ce qui lui correspond ?

Lina : Oui, on a essayé plein de croquettes avant parce que je ne suis pas forcément fermé. Au final, c’est quand on est passé au barf, on a vu un changement. Parfois, dans les croquettes, il y a une chose auquel on ne pense jamais. Quand ça ne convient pas, c’est à cause des acariens qui se trouvent à l’intérieur de la croquette.

Esprit Dog : Alors pour le coup ça peut paraître couillon, mais si votre chien par exemple est allergique à ces acariens-là, en le nourrissant, vous aurez beau changer avec toutes les croquettes du monde, ça ne fonctionnera jamais. Ça te revient à combien chaque mois ?

Lina : À peu près 80 euros par mois maximum.

Esprit Dog : Très bien. Si tu devais conseiller ce chien à une personne, ce serait qui ?

Lina : Des gens un petit peu dans notre catégorie, c’est-à-dire des gens qui se sont renseignés sur la race et puis sur les chiens en général. Ensuite, peu importe la taille de la maison ou l’appartement. Il lui faut des personnes qui sont prêts à le sortir beaucoup et régulièrement. Quel que soit l’âge de la personne, quel que soit l’environnement. Je pense qu’ils peuvent s’adapter vraiment très bien donc même à une famille avec des enfants aucun souci pour ce type de chien.

Esprit Dog : Il sort combien de fois par jour ?

Lina : 2 à 3 h par jour. Une heure le matin, une heure le soir.

Esprit Dog : On est d’accord que, quand tu le sors deux heures par jour, ce n’est pas forcément deux heures courir ?

Lina : Non.

Esprit Dog : On peut se balader et puis au gré des rencontres, il va jouer avec un chien. Puis, tu vas continuer à avancer comme là on marche, ça c’est important. Même pour les personnes âgées qui voudraient récupérer un grand chien, c’est vrai que c’est un chien qu’on pourrait conseiller, du moment qu’ils aiment les grandes balades. C’est un chien qui ne demande pas forcément de partir courir 20 bornes. Avec ses congénères, il se comporte comment ?

Lina : Je n’ai eu aucun problème avec aucun chien. Toujours dès la première rencontre ça se passe bien et si ça ne se passe pas bien, c’est généralement vis-à-vis de l’autre chien. Il ne cherche pas la confrontation, il revient toujours vers nous.

Esprit Dog : C’est assez typique de la race. Ce n’est vraiment pas une race de chien qui cherche le conflit ou qui va rentrer en conflit. C’est un chien qui est quand même relativement facile d’accès au niveau de la relation avec ses congénères. Par contre la grosse difficulté de ce chien-là, c’est sa sensibilité. On ne va pas se raconter n’importe quoi là-dessus, ils ont une sensibilité qui est un peu exacerbée. Résultat, tout ce qu’il n’a pas découvert tout petit, ça va lui faire peur.

Moi, je me rappelle surtout d’une fois, il devait avoir entre 12 mois et 13 mois, tu étais parti en train, tu avais un chien apeuré. Tu ne comprenais pas parce qu’ici, en forêt, tu le détaches, il obéit très bien. Là, tout d’un coup, tu t’es retrouvé devant un Marvel tétanisé. Ça, c’est vraiment important si vous récupérez un berger blanc suisse, sortez-le dans des endroits variés. Au niveau de son entretien ?

Lina : Il n’y en a presque pas, je le lave maximum une fois par an. Sinon, juste un coup d’eau quand il est vraiment sale. Mais attention un peu d’eau claire et basta, pas de traitement ni de shampoing. Je le brosse une fois par mois, mais j’essaie de ne pas trop le faire.

Esprit Dog : C’est important pour tous ceux qui ont des chiens blancs qui se sentent persuadé de le laver tout le temps, j’ai envie de vous dire : vous vous êtes trompé de chiens. Prenez un chien noir dans ces cas-là parce que pour le coup, c’est normal qu’ils ne soient pas blancs. Ça ne veut pas dire qu’il est sale. Merci beaucoup en tout cas. C’était un plaisir de discuter avec toi et de pouvoir découvrir Marvel.

D’où vient le berger blanc suisse ?

Cette race de chien est apparue à la fin des années 1800 en Allemagne. Le capitaine Von Stéphanitz, éleveur de bergers allemand, a développé au cours de sa vie d’autres races de berger. Parmi elles, nous pouvons retrouver le berger blanc suisse. Présenté comme une race à part entière en 1931, son physique et sa personnalité ont été légèrement altérés par rapport au berger allemand.

Quelle est la différence avec sa race parente : le berger allemand ?

Ce qui distingue principalement les deux races est le comportement et l’apparence. En effet, le berger allemand est plus extraverti et agressif que le berger blanc suisse. Ce dernier est beaucoup plus timide et plus réservé. L’autre différence importante est la couleur des deux races. Le berger allemand est généralement noir et beige lorsque le berger blanc suisse est, comme son nom l’indique, entièrement blanc.

Supporte-t-il la chaleur ?

Le berger blanc suisse est un chien qui est adapté aux températures fraîches. Il ne supporte généralement pas la chaleur. Attention donc lorsque vous le sortez, préférez les sorties matinales ou à la fraîcheur du soir.

Est-ce que le berger blanc suisse est albinos ?

Non, ce n’est pas du tout un chien albinos. En effet, il n’a aucun problème de santé lié aux albinos. Il possède juste le gène offrant à la race cette couleur blanche si particulière.

Le Berger blanc suisse

Informations sur la race

  • Gabarit : Grand
  • Esperance de vie : Environ 14 ans
  • Type de poils : Long, Mi-long
  • Couleur(s) de robe : Blanc
  • Taille Mâle : 60 à 66 cm
  • Taille Femelle : 55 à 60 cm
  • Poids Mâle : 30 à 40 kg
  • Poids Femelle : 25 à 35 kg
  • Perte de poils : La perte de poils chez le berger blanc suisse est constante. Toutefois, il ne perd pas de grandes quantités de fourrure hors des périodes de mue.
  • Besoin d'exercice : Excellent chien de travail, il demande une dépense physique et mentale régulière pour vivre heureux. Ainsi, il est important de lui apporter plusieurs longues promenades par jour ainsi que quelques activités canines pour lesquels il est naturellement doué comme le pistage par exemple.
  • Coût mensuel moyen : Environ 60 € par mois