Le Berger des Shetland

Salut à tous ! Bienvenue sur Esprit dog. Aujourd’hui, je vous présente le Shetland.

Alors avec le Shetland, ce qui est bien c’est qu’on va être vite fixé sur la vie que vous allez mener avec lui. Vous avez entre 0 et 3 mois et demi pour l’imprégner du monde extérieur. C’est ce qu’on appelle la période d’imprégnation. Si vous la ratez, vous êtes foutu.

les caractéristiques du Shetland

Quand vous récupérez votre Shetland chiot, on l’amène vers l’extérieur, on lui montre l’extérieur. En effet, il va être essentiel de l’ouvrir au monde au niveau sensoriel. Il y a beaucoup de Shetland qui sont malheureusement en restriction sensorielle. Tout ça puisqu’ils n’ont pas assez vu, ni assez entendu, ni assez senti durant la période d’imprégnation. Le Shetland est un chien qui est sensible. Quand on dit sensible, ce n’est pas forcément un défaut. Il est tout simplement extrêmement ouvert et pertinent à son environnement. Il regarde tout et voit tout. C’est une vraie commère, il faut qu’il sache ce qu’il se passe.

Au niveau sensoriel, il a besoin de s’imprégner de tout ça, pour lui, tous les détails comptent. Si vous ne l’aidez pas à rentrer dans le détail ni à regarder le monde tel qu’il doit le voir, vous allez avoir un Shetland timide. S’il est timide, il peut devenir craintif, peureux et à la fin, il peut mordre. On fait attention à ça, ce n’est pas une fatalité, le Shetland ne nait pas comme ça. Il va devoir se construire, ce qui va demander un maître avec un peu de tact.

Si vous prenez votre Shetland quand il est chiot et que vous l’emmenez en plein milieu d’un marché, vous allez le traumatiser à vie. Pourquoi ? Tout simplement parce que la charge émotionnelle qu’il va prendre en passant de l’élevage au marché va être trop forte. Vous devez y aller gentiment et augmenter la complexité des situations petit à petit.

Quand vous prenez un Shetland, vous prenez aussi un chien qui a besoin d’activité. Quand on parle d’activités physiques, tous les sports canins lui conviendront parfaitement. Quelle que soit l’activité choisie, si vous voulez le rendre heureux, faites des choses. Si vous ne faites rien, ce sera parfois très compliqué et vous ne pourrez pas tirer le maximum du chien que vous aurez. On est donc sur un chien qui a besoin d’une grosse stimulation intellectuelle. Cachez-lui des objets, demandez-lui de les retrouver, pistez, flairez… faites des choses qui vont l’amuser, l’intéresser et surtout le faire réfléchir. Ainsi, il pourra utiliser l’ensemble de ces facultés.

Quand vous éduquez un Shetland, c’est pareil, il a premièrement besoin de vous faire entièrement confiance. Si vous n’êtes pas un leader ni quelqu’un de confiance pour lui, il ne se tournera jamais vers vous quand il en aura besoin. S’il ne se tourne pas vers vous il prendra la décision de lui-même. Et la décision sur un Shetland, quand il doit utiliser son libre arbitre, elle est un peu dangereuse. Soit, il va prendre peur, soit il va décider de s’enfuir, soit il pourrait mordre par irritation.

Il a besoin de quelqu’un pour le rassurer, le guider dans sa vie. En effet, vous allez devoir lui poser un cadre de vie stable, correct et clair qui va l’amener vers le monde des humains. Il est également habitué à agir en collaboration avec son humain, il a besoin de ses maîtres. Si vous prenez un Shetland pour le laisser seul 12 h par jour, n’en prenez pas. Puisque, bien évidemment, il peut rester seul longtemps, mais au détriment de son bonheur, de son plaisir et surtout de son bien être.

La fiche santé du chien

Généralement en bonne santé, le berger des shetlands peut connaître certaines maladies rares. Comme nous le rappelons souvent, il est important d’aller adopter son chiot auprès d’un éleveur compétent et sérieux. En effet, ce dernier peut vous fournir tous les certificats de santé concernant votre chien.

L’hyperthyroïdie est l’une de ces maladies rares qui peut toucher cette race. Celle-ci se produit quand le corps de l’animal ne peut pas maintenir un niveau constant d’hormones thyroïdiennes. Parmi les signes qui doivent vous alerter, il est important de faire attention à la prise de poids, à la fréquence cardiaque et à la sensibilité thermique du chien. Si l’un de ces signes apparaît, vous devez faire examiner l’animal à votre vétérinaire.

La dermatomyosite peut également toucher le berger des shetlands. Celle-ci provoque des lésions cutanées qui peuvent affecter les muscles. Ces lésions peuvent apparaître sur la tête, les oreilles et les pattes avant du chien. Si votre toutou la contracte, il peut perdre une bonne partie de ses poils et montrer des cicatrices sur le visage et les oreilles.

Enfin, la maladie de von Willebrand touche également cette race. Celle-ci est héréditaire et causée par un déficit de coagulation. Le chien va alors saigner excessivement après une blessure. Les signes qui doivent vous alerter sont des saignements soudains du nez ou de la gencive. Une visite d’urgence chez le vétérinaire est alors à prévoir.

Ce chien doit vivre avec un humain. En effet, à chaque fois que vous avez du temps pour lui, vous devez lui consacrer. Si en rentrant du travail, vous le mettez dans le jardin et vous ne vous occupez pas de lui, ça ne pourra jamais fonctionner. On est aussi sur un chien qui apprend très vite. En termes de dressage, il va pouvoir associer des contrôles sur un grand nombre de choses. Le Shetland peut aussi s’adapter à n’importe quelle famille, avec ou sans enfant, il est vraiment fait pour n’importe qui.

Par contre, ça ne change pas, il est surtout fait pour des gens qui ont le temps de s’en occuper. Ce sont des chiens qui sont assez vifs d’esprit. Ça va vous pousser à vous adapter et inventer des jeux. On peut inventer tout un tas de jeux avec un Shetland. On peut, par exemple, l’envoyer sur de longues distances pour récupérer un objet au point A pour le déposer au point B. Vous allez le stimuler et lui offrant la possibilité de travailler sans que vous ayez besoin de bouger. De plus, n’associez pas le Shetland au fait d’être un super athlète. Par contre au niveau intellectuel, il vous faut une certaine vivacité, une fraicheur d’esprit qui va vous aider à avancer avec lui.

Enfin, niveau espérance de vie, pour le Shetland, en moyenne 15 ans. Néanmoins, il y en a qui partent avant pour des raisons qu’on évoquera un peu après. Mais ils peuvent aussi vivre un peu plus longtemps. Maintenant, on va aller voir une passionnée de la race, on va aller voir Nathalie.

L’interview de Nathalie, propriétaire d’un Berger du Shetland

Esprit dog :  Première question, pourquoi ce chien ?

Nathalie :  Parce que toute petite, j’étais amoureuse de Lassie. J’étais chez mes parents, ma première chienne est tombée malade et je suis tombée sur le Shetland par hasard. J’ai réussi à convaincre mon père de prendre un Shetland à la maison et ça a été la révélation.

Esprit dog :  Si tu devais leur donner 3 qualités, ce serait quoi ?

Nathalie :  Un amour infini pour son maître, c’est également un chien très intelligent. C’est un chien qui s’adapte facilement. J’étais sur mes deux jambes quand j’ai commencé à les élever, mais maintenant que je me retrouve en fauteuil ils savent parfaitement s’adapter. C’est l’avantage avec ce chien. L’amour pour son maître est tel qu’il se fiche de ce qui pourrait se passer. Du moment qu’il est avec lui, tout va bien !

Esprit dog :  Toi, ça fait combien de temps que tu fais ce métier ?

Nathalie :  Ça fait 25 ans.

Esprit dog :  Le Shetland est touché par quelques maladies génétiques, j’aimerais bien que tu nous en parles un petit peu. Qu’on fasse un petit peu la liste de ce qu’il peut avoir.

Nathalie :  La principale et aussi la plus connue c’est l’anomalie de l’œil du Colley qui est une tare oculaire. Maintenant, on connait bien cette maladie, il y a des tests génétiques qui nous informent si le chien est porteur ou non.

Esprit dog :  Est-ce que c’est héréditaire ?

Nathalie :  Oui.

Esprit dog :  On peut éviter ce problème-là ?

Nathalie :  En sélectionnant, oui.

Esprit dog :  Ce test-là, il est obligatoire ?

Nathalie :  Non.

Esprit dog :  Tu ne penses pas que ce serait bien de le rendre ?

Nathalie :  Tout à fait, parce que c’est le minimum. Au moins, on sait si la bête ira bien ou non plus tard.

Esprit dog :  Qu’est ce qu’il a d’autre ?

Nathalie :  Il a aussi une sensibilité médicamenteuse, le gène MDR-1. Ici, ce n’est pas une maladie, mais une allergie à certains médicaments. Pareil, un test existe pour le dépister.

Esprit dog :  J’ai eu des clients qui m’ont demandé s’il fallait faire ou non le test. Je leur ai répondu que dans le doute, même s’il était exempt on se devait de le faire.

Nathalie :  Tout à fait, on ne sait jamais. J’ai vu des chiens qui étaient exempts et qui ont quand même réagi positivement au test. Alors que d’autres, donnés sensibles, n’ont pas réagi.

Esprit dog :  Attention à ça, puisque quand ils ont ce gène, il y a un vrai problème c’est le caca des chevaux. Notamment durant la balade. D’où l’importance d’apprendre le refus d’appât et d’autres petites choses à son chien. Dans ce cas précis, une bonne éducation peut lui sauver la vie. Si le cheval a été traité par antibiotique juste avant, ça peut être embêtant. Il est touché par d’autres choses le Shetland ?

Nathalie :  Il y a quelques maladies qui apparaissent, avec les progrès de la génétique, comme l’ADM, une dégénérescence nerveuse. Même si cette maladie apparait beaucoup plus tard, elle profite d’un test pour la dépister. Une autre maladie qui est apparue est la dermatomyosite, une maladie de la peau.

Esprit dog :  Maintenant, ce qu’on peut faire, c’est d’inciter les gens à faire quelque chose de très simple : discuter avec l’éleveur pour savoir si les tests ont été, ou peuvent être fait. Si l’éleveur ne fait aucun test, ne prenez pas de chien chez lui, tout simplement. Dans la continuité des problèmes de santé qu’on a évoqués et qui sont évitables, est-ce que c’est un chien robuste ?

Nathalie :  Oui, c’est un chien très robuste, très rustique. À la base, c’est un chien de berger. Il est très rarement malade. Je ne vois le vétérinaire que pour les vaccins.

Esprit dog :  Combien il y a de couleurs chez le Shetland ?

Nathalie :  Moi je n’élève que les 3 couleurs les plus connues. Nous avons le fauve qui est tricolore. Nous avons aussi le bicolore bleu sans le fauve. On a le noir et blanc. On a une couleur qui a totalement disparu, c’est le bicolore noir et fauve. Cette couleur existait à l’origine du Shetland. Le fait d’avoir amené du tricolore, ça a fait partir cette couleur.

Esprit dog :  Avec ses congénères, ça se passe comment ?

Nathalie :  Très bien, il s’entend très bien avec tous les animaux.

Esprit dog :  Bien sûr, il faut le socialiser, c’est comme tous les autres chiens. Côté entretien, ça demande beaucoup de travail ?

Nathalie :  Non, pas du tout. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, un coup de brosse tous les 15 jours c’est largement suffisant. De plus, le poil est auto-nettoyant. Il va se coucher et deux heures plus tard il est sec même après s’être trempé dans la boue.

Esprit dog :  Ça a été un plaisir, tu as de très beaux chiens. Je te dis à une prochaine fois !

Le berger des shetlands aboie beaucoup ?

Ce chien a l’habitude d’aboyer très fort. Il est donc important de le dresser à ne pas aboyer sans raison. En effet, dans un environnement fermé comme un appartement, cela peut vite devenir gênant pour vos voisins.

Quel sport réaliser avec le berger des shetlands ?

Cette race de chien est particulièrement intelligente. De ce fait, vous devez le dépenser intellectuellement. De plus, il est très performant dans les sports d’agility, d’obédience ou de pistage.

Sont-ils agressifs ?

Le berger shetlands est parfois timide avec les étrangers. Toutefois, il n’est pas pour autant agressif. En effet, il se contente d’alerter son maître d’une intrusion potentielle.

D’où est originaire le berger des shetlands ?

Originaire des îles Shetlands, on retrouve cette race de chien dans de nombreux pays nordiques. En Écosse comme dans le sud du cercle arctique, ils se plaisent à effectuer les différentes tâches que leur maître leur donne.

Quelle était l’utilité première du berger des shetlands ?

Dans les années 1800, le travail de ce petit chien était de regrouper les troupeaux de moutons. Véritable chef d’orchestre, il protégeait également son troupeau des attaques d’oiseaux.

Est-il vrai que la race d’origine a failli disparaître ?

Oui ! C’est dans les années 1900 que la race a commencée à se dénaturer. En effet, si le berger des shetlands était plutôt isolé du monde, le développement du tourisme sur l’île et l’intérêt pour ce chien ont bien failli éradiquer la race. Pour rendre le berger des shetlands plus petit et plus poilu, de nombreux croisements ont été réalisés. Heureusement, la race a pu retrouver une certaine stabilité grâce à la vigilance du club de race.

Le Berger des Shetland

Informations sur la race

  • Gabarit : Petit
  • Esperance de vie : Environ 14 ans
  • Type de poils : Long
  • Couleur(s) de robe : Blanc, Bleu, Noir, Sésame Rouge
  • Taille Mâle : 36 à 40 cm
  • Taille Femelle : 35 à 38 cm
  • Poids Mâle : 7 à 10 kg
  • Poids Femelle : 7 à 10 kg
  • Perte de poils : La perte de poils est abondante. Elle s’intensifie encore lors des périodes de mue. Un brossage régulier est nécessaire.
  • Besoin d'exercice : Le berger des shetlands est un chien qui a besoin de rester très actif. Il est donc nécessaire de prévoir plusieurs balades quotidiennes et de varier les activités. Le berger des shetlands est naturellement doué pour réaliser des exercices d’agility.
  • Coût mensuel moyen : Environ 20 € par mois