Le Bouledogue américain

Salut à tous ! Bienvenue sur Esprit dog. Aujourd’hui, je vous présente le bouledogue américain.

Chez le bouledogue américain, il y a deux variétés : le bulli et le standard. Souvent, vous récupérez des modèles qu’on appelle hybride. Quand on aime le bouledogue américain, on aime récupérer un pot de colle. Surtout, ne commencez pas à râler s’il est tout le temps collé à vous, c’est normal, c’est dans sa nature et c’est comme ça qu’il est heureux. Il vous aime, on ne va quand même pas lui reprocher. Quand on prend un bouledogue américain, on prend un chien qui est toujours disposé à partir à l’aventure. Si vous êtes sportif, prenez-le. Vous voulez aller vous promener, aller marcher, aller en montagne, faire n’importe quelle activité, il sera toujours là pour vous.

Les caractéristiques du bouledogue américain

Attention quand même le bouledogue américain a besoin d’être énormément sociabilisé. Et ce, dès qu’il est tout petit. Sinon, il pourrait devenir un peu peureux et craintif en extérieur. On sait très bien qu’un chien qui est peureux ou craintif peut devenir mordeur. Vraiment, on le sort au maximum, on lui montre un maximum d’endroits et d’environnements différents et stimulants. Ça, c’est vraiment extrêmement important.

Ensuite, quand on prend un bouledogue américain, on prend aussi un petit clown. On prend un chien qui aime bien faire des petites bêtises. Il y a des choses comme ça dans la vie qu’il faut que vous arriviez à accepter. Si vous le prenez, vous le prenez pour tout ce qu’il est. Et lui, ce qu’il est, c’est un petit clown. Si jamais il vous vole un chausson quand il est petit, éduquez-le, expliquez-lui que ce n’est pas bien. Mais surtout, ne lui en voulez pas trop.

Le bouledogue américain c’est aussi un chien qui est extrêmement performant. Il y a d’ailleurs des pays où ils s’en servent aussi comme chien policier et dans l’armée. On peut vraiment quasiment tous lui faire faire. Sur le territoire français, il faut savoir que le bouledogue américain est une race qui n’est pas reconnue par la SCC ou la FCI qui est la fédération cynologique internationale. En revanche, vous pouvez quand même avoir des pédigrées. Il y a deux organismes aux États-Unis qui délivrent ces pédigrées. Vous avez beaucoup de chance, le bouledogue américain ne fait pas partie de la loi des chiens catégorisés. Pas de muselière, pas de responsabilité civile, mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas les éduquer. Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire le job.

Mon petit doigt me dit que dans deux ou trois ans, il va devenir à la mode un peu comme le malinois actuellement et qu’on va en avoir partout. Essayez de me faire plaisir et de faire en sorte que ce ne soit pas des chiens qui rentrent dans la catégorie. On va en faire n’importe quoi, on va se comporter n’importe comment et on ne va pas les éduquer. Au final, on ne va pas en faire des chiens capables de vivre avec l’humain alors qu’ils sont extraordinaires.

Résultats, on va en payer les pots cassés. On va se coltiner une catégorie pour ce chien-là. Donc, s’il vous plaît, essayez de l’éduquer. Le mot d’ordre c’est : éduquez-le et respectez-le. On a de la chance, il est passé entre les mailles du filet. On va continuer comme ça et profiter que les gens aient une belle image une bonne image de ce chien.

C’est un chien qui est extrêmement intelligent qui ne demande qu’à apprendre. Alors, justement, offrez-lui un apprentissage comme il en veut. Vous avez un chien qui est extrêmement résistant aux intempéries. Il supporte très bien le chaud et le froid. Par contre, c’est un chien qui a été habitué depuis des années et des années à vivre en extérieur et le fait de vivre en extérieur a stimulé son immunité. Parfois, quand vous faites vivre votre bouledogue en intérieur dans un petit confort, vous réduisez un peu l’immunité du chien. Alors, je ne suis pas en train de vous dire de le laisser dehors toute l’année. Simplement, essayez de penser en chien et pas toujours en humain. Si on pense en chien, et bien, le laisser dehors va l’aider à développer une immunité beaucoup plus forte. Ça, il faut quand même le prendre en compte.

La fiche santé de la race

Le bouledogue américain ne demande que très peu d’entretien. En effet, un petit coup de brossage, de temps en temps, et c’est parti. Niveau éducation, elle doit être logique, cohérence et intelligence. Ce n’est pas la peine de s’énerver, ce n’est pas la peine de forcer, et ce n’est pas la peine de flipper à chaque fois que vous prenez un chien comme ça. Quand on prend à molosse, la plupart du temps on met des règles extraordinairement strictes parce qu’on a peur de ce qu’il pourrait potentiellement devenir. Il ne va rien devenir du tout, ne vous inquiétez pas. Il a quatre pattes, ça reste un chien. Vous devez être cohérent. Si le lundi vous lui dites oui pour le canapé et que le mardi vous dites non, vous allez avoir des pépins. Si vous dites toujours oui ou toujours non, alors vous n’aurez pas de problèmes.

Au niveau des maladies, hormis la dysplasie de la hanche et du coude qui touche tous les grands chiens, il est touché par une maladie qui est celle des chiens avec la fourrure blanche. La plupart du temps, c’est la surdité. Donc attention quand même, à partir de 3 mois, on peut détecter la surdité. C’est vrai que le bouledogue américain peut être touché par cela. En effet, certains modèles de bouledogue ont une robe toute blanche. Alors au niveau du poids, ça commence à 30 kg à peu près jusqu’à 35 kg pour les femelles et ça peut aller jusqu’à 50 ou 55 kg pour les mâles.

Faites quand même attention de ne pas vouloir à tout prix le plus gros du quartier. S’il est trop lourd, s’il n’est pas athlétique, s’il n’est pas svelte, il va avoir des problèmes articulaires. Il ne sera pas non plus un vrai bouledogue américain comme on les aime, c’est-à-dire explosif et énergique. J’en appelle à tous les mecs qui veulent se regarder les biceps, restez tranquille sur ce point. Je sais qu’on veut toujours le plus gros, mais là, pour le coup, ce n’est pas bon pour le chien.

Niveau espérance de vie, environ une douzaine d’années. Après vous en avez qui vont un petit peu plus loin. Pour l’alimentation, c’est un chien qui va vous coûter globalement entre 50 et 60 euros par mois en alimentation. Maintenant, on va aller voir un passionné de la race, on va aller voir Sébastien.

L’interview de Sébastien

Esprit dog : Dis-moi, première question, pourquoi tu as choisi ce chien ?

Sébastien : C’est plus elle qui m’a choisie, quand elle s’est approchée avec ma femme qui était enceinte de huit mois. J’en ai profité qu’elle soit sous hormones et elle a craqué.

Esprit dog : Si tu devais lui trouver trois qualités ?

Sébastien : Je dirais qu’elle est exceptionnelle avec les enfants. J’ai deux enfants, elle est aux petits soins pour eux. C’est vraiment le vrai chien de famille. À l’écoute aussi parce que c’est un chien qui écoute très bien. Il faut se donner les moyens, il faut prendre le temps, mais une fois que c’est fait ça marche très bien. Troisième des qualités c’est que c’est un pot de colle. Alors on aime ou on n’aime pas, mais moi, j’adore ça.

Esprit dog : Si tu devais lui trouver un défaut ?

Sébastien : Un vrai défaut, soyons honnêtes, ça pète beaucoup. C’est le gros défaut. Quand tu es en voiture ou quand tu regardes la télé, on sait qu’elle est là.

Esprit dog : Si tu devais conseiller ce chien à un type de personne, ce serait qui ?

Sébastien : À une famille, parce que c’est un très bon chien de famille. Ça demande vraiment beaucoup de temps, beaucoup d’énergie. Nous, on la sort tout le temps.

Esprit dog : Justement, tu la sors combien de temps toi par jour ?

Sébastien : Je fais des grandes balades sur les bords de Seine avec elle. Ça fait qu’on part parfois trois heures, ça nous arrive assez fréquemment.

Esprit dog : Au niveau de l’entente avec les autres chiens, ça se passe comment ?

Sébastien : On est entouré de chiens autour de nous. On a des couples d’amis qui ont des chiens, donc on l’a sociabilisé tout de suite avec les autres bêtes. Ça se passe vraiment très bien.

Esprit dog : Et les chiens que tu croises comme ça, aucun problème ?

Sébastien : Pas du tout !

Esprit dog : Toi, les gens ils disent quoi quand ils te croisent avec ta chienne ?

Sébastien : Alors quand on me croise avec la chienne, soit ils sont outrés en me disant : vous vous rendez compte, il faut une muselière sur ce genre de chien, ce sont des chiens dangereux les molosses… Et il y a les gens qui sont adorables dès qu’ils la voient ils tombent sous son charme et ils me disent : qu’est ce qu’elle est belle…

Esprit dog : Pour ceux justement qui te disent qu’elle devrait avoir une muselière, qu’elle est catégorisée… Comment tu fais toi ?

Sébastien : Alors moi, je leur signale que c’est un bouledogue américain et que le bouledogue américain, il n’est soumis à aucune catégorie. Il n’y a aucune règle. La seule règle, c’est la règle de savoir-vivre c’est-à-dire tenir son chien en laisse quand il y a du monde, et voilà c’est tout.

Esprit dog : Est-ce qu’aujourd’hui tu es heureux avec ta chienne ?

Sébastien : Je suis très heureux avec ma chienne. Je la sors tout le temps, je me balade tout le temps avec elle. C’est aussi l’occasion de sortir avec les enfants, c’est une source de motivation pour sortir et profiter de l’extérieur au maximum. Donc ouais, ma vie sans ma boulette, ce ne serait pas permis.

Esprit dog : Écoute, en tout cas, merci beaucoup pour aujourd’hui ! Continue à t’éclater avec elle !

Le Bouledogue américain