Le Jack Russell

Salut à tous ! Bienvenue sur Esprit dog. Aujourd’hui, je vous présente le Jack Russell.

Chien à la mode par excellence depuis ces 10 dernières années, le Jack Russell a connu un engouement énorme et cela l’a réellement desservi. On se retrouve avec de plus en plus de Jack Russell en refuge, car il tombe sur des maîtres qui ne sont pas au courant de ce qu’ils adoptent quand ils récupèrent ce type de chien.

Les caractéristiques du Jack Russell

On va être tout à fait clair, un Jack Russell ne naît pas détraqué. Ce n’est pas parce qu’à l’âge adulte vous en voyez certains qui ont des soucis de comportement qu’il est né comme ça. En revanche, on est sur un vrai chien de chasse, un terrier pour être plus précis. Son rôle, c’était d’aller débusquer les renards ou les blaireaux à l’intérieur du terrier. Le Jack Russell est un chien avec une endurance folle et un rapport poids/puissance qui l’aide à faire d’énormes efforts sans jamais se fatiguer. Ensuite, on est sur un chien qui a besoin d’être stimulé intellectuellement.

Il faut séparer deux choses. Premièrement, vous avez les Jack Russell habitués à chasser. Ceux-là sont capables d’évacuer la pression et de décharger l’influx nerveux qu’ils peuvent avoir grâce à cette activité-là. Et vous avez les autres. Eux, il faut impérativement qu’on leur offre une alternative à cette chasse. Toutefois, l’alternative est simple. Vous allez d’abord devoir travailler sur la prédation du Jack Russell. C’est une race qui aime beaucoup courser et poursuivre différentes cibles. Si vous voulez régler ça, vous allez devoir trouver une activité qui va lui donne la possibilité de le faire en toute sécurité. Ça l’aidera également à comprendre les moments où il n’a pas droit de le faire.

Typiquement, pour ça vous pouvez très bien jouer à la balle. Quand vous envoyez la balle, votre Jack Russell va se mettre en prédation sur cette balle. En effet, il va la poursuivre. Vous, cela va vous aider à travailler dessus. De le faire revenir quand il est déjà lancé. En gros, vous allez lui apprendre le bouton on/off. Dans le même ordre d’esprit, votre Jack Russell à un besoin de renifler, de sentir, de suivre, de chercher. Vous pouvez tout à fait le faire à la maison à petit niveau. Vous cachez une friandise, vous lui faites renifler la même friandise et vous l’envoyez pister. Dans ces cas-là, il va vite comprendre que ce que vous lui avez porté au nez est ce qu’il doit retrouver dans la maison. Dès qu’il a compris ça, il va s’éclater à suivre ces traces.

Le Jack Russell a un besoin impératif de faire des choses, de participer, de réfléchir, de penser et aussi de se dépenser. Si vous passez à côté de ça, dans 9 cas sur 10, vous aurez un Jack Russell qui à l’âge adulte va se montrer hostile envers ses congénères et envers les humains. Il pourra aussi avoir un comportement destructeur et vous ne comprendrez pas pourquoi il est comme ça. C’est l’un des plus gros motifs d’abandon sur cette race. Ce n’est pas compliqué : si vous ne sortez jamais votre chien, que vous partez travailler, et qu’en rentrant vous criez parce que tout est détruit, vous aurez un chien qui deviendra anxieux de votre départ.

En effet, il va comprendre qu’à chaque fois qu’un humain s’en va celui-ci revient fâché. Résultat, vous allez vous retrouver dans une situation où vous allez détruire ce lien social que vous devez avoir avec votre chien. La confiance va s’écrouler entre vous deux et vous aurez un Jack Russell qui stresse. Un Jack Russell qui stresse et qui est anxieux casse absolument tout parce qu’il n’arrive plus à se contrôler. Ensuite, il a besoin de dépense physique. Maintenant, l’idée n’est pas de lui faire faire 50 km par jour.

Tout ce que vous allez gagner avec ça, c’est de le rendre hyper endurant. Si vous le rendez hyper endurant, vous n’arriverez jamais à le fatiguer. En revanche, il doit pouvoir se dépenser normalement afin de pouvoir relâcher la pression. Mais quand vous lui donnez de la liberté, celle-ci doit toujours être sous le contrôle de son humain. Pourquoi ? Puisqu’il vit dans le monde des humains. Et si vous le laissez faire ce qu’il veut, il fera ce qu’il veut.

Dans ces cas-là, il partira à l’abordage des humains, des autres chiens, bref de tout ce qui l’entoure. S’il fait ça, un jour il va tomber sur un chien un peu moins sympathique. Dans ces cas-là, vous allez avoir un Jack Russell qui aura fait une mauvaise expérience et qui va se retrouver dans le cas de figure du chien agressif ou hostile à ses congénères à cause de cette mauvaise expérience. En fait, c’est uniquement de votre responsabilité. Vous devez apprendre à votre Jack Russell à revenir à la demande, vous devez lui apprendre qu’on ne peut pas partir à 2 km de son propriétaire. Vous devez le mettre en sécurité dans le monde des humains.

La fiche santé de la race

Si le chien est la plupart du temps en bonne condition physique, il peut être sujet à certaines maladies spécifiques à cette race. Ainsi, la luxation rotulienne fait partie des maux connus chez le Jack Russell. Le problème survient lorsque la rotule n’est pas correctement alignée au tibia et au fémur. Si vous voyez le chien boiter ou marcher de façon anormale, il est important de l’emmener chez le vétérinaire. Ce désalignement peut également conduire à de l’arthrite, une maladie des articulations.

Le Jack Russell est également sujet au glaucome. Cette maladie est particulièrement douloureuse pour l’animal. En effet, le chien connait une pression anormalement élevée de liquide aqueux dans l’œil. Cette pression survient lorsque ce liquide ne s’écoule pas correctement hors de l’œil. Avec le temps, le glaucome endommage le nerf optique et peut amener le chien à connaître une cécité partielle ou totale. Pour reconnaître le glaucome, c’est très simple. En effet, les yeux de l’animal sont rouges, larmoyants et la pupille est dilatée. Celle-ci ne réagit pas à la lumière et paraît blanchâtre. Si ce mal est pris à temps, il peut être traité par voie médicamenteuse.

Enfin, toujours au niveau des yeux, le Jack Russell est également sujet à la luxation du cristallin. Cette maladie provoque un déplacement du cristallin de l’œil. Elle survient lorsque le ligament optique se détériore. Parfois traitable grâce à des médicaments, les cas graves peuvent nécessiter une intervention chirurgicale.

Le Jack Russell est un chien qui apprend exceptionnellement vite. Il est vif, il est pointilleux, il est précis si vous êtes précis, et imprécis si vous l’êtes aussi. En plus, c’est un chien très sensible au niveau sensoriel. En effet, tous ses sens sont en éveil et sont toujours exacerbés par tout ce qu’il va y avoir autour de lui. Donc, on fait aussi attention à le socialiser depuis tout petit. Vous devez impérativement faire une socialisation ultra précoce. On fait aussi attention, il est un petit peu bagarreur avec les autres chiens une fois arrivé à l’âge adulte.

Enfin, quand vous allez à l’école du chiot, faites-moi plaisir, prenez une école où il y a des adultes au milieu des chiots. Personnellement, je n’ai jamais vu d’enfants s’éduquer entre eux. Pour les chiots, cela marche de la même façon. Ils ne peuvent pas s’éduquer entre eux. Vous devez toujours mettre des chiots avec des adultes bien dans leur tête, bien dans leurs pattes afin de leur indiquer ce que l’on a le droit de faire ce que l’on n’a pas le droit de faire. Ça, c’est très important. Maintenant, on va aller voir une passionnée de la race, on va aller voir Amandine.

L’interview d’Amandine

Esprit dog : Première question, pourquoi ce chien ?

Amandine : J’ai toujours aimé les Jack, c’est mon second. J’aime beaucoup que ce soit un grand chien dans le corps d’un petit.

Esprit dog : Si tu devais lui trouver 3 qualités, ce serait quoi ?

Amandine : Proche de l’homme, très câlin, très intelligent.

Esprit dog : Qu’est-ce que les gens ils disent quand ils te voient dans la rue avec ?

Amandine : Ils pensent que c’est ingérable, insupportable et pas fait pour être à la maison.

Esprit dog : Combien de temps tu la sors par jour ?

Amandine : En moyenne dans la journée il faut compter à peu près une heure. Mais des fois, cela peut être deux heures ou quatre heures le week-end.

Esprit dog : Est-ce que toi tu fais du sport canin avec, ou des activités de ce type ?

Amandine : Alors, moi je me suis mis au cavage depuis quelques mois. Je pense que c’est très bien pour lui, puisque c’est une dépense mentale. Cela favorise également le fait d’être à l’extérieur.

Esprit dog : Niveau éducation, est-ce que tu as eu des soucis ?

Amandine : Oui, au départ, je lui donnais trop de liberté.

Esprit dog : Ça, c’est quelqu’un qui t’a induit en erreur ?

Amandine : Oui, un éducateur qui m’a donné l’idée quand elle était petite de ne pas la garder ni en laisse ni en longe. Sauf qu’au fur et à mesure elle a commencé à s’affirmer et à prendre en confiance. Ce qui est très bien c’est qu’elle est hyper sociable. Donc pour rétropédaler, c’est compliqué.

Esprit dog : Le danger de ce genre de conseil c’est surtout de ne pas donner le conseil entier. Donner de la liberté sur le principe, ça ne me gêne pas outre mesure. En revanche, il faut quand même surtout durant cette période-là, lui apprendre la frustration et la renonciation. Ça, si tu ne lui apprends pas ces deux choses-là, tu vas te retrouver en très grande difficulté. Et c’est ce qui t’est arrivé. Sinon, tu lui apprends des tricks ? C’est vrai que souvent les Jack sont réceptifs à ça.

Amandine : Les tricks elle adore ça, ça lui donne la chance de travailler.

Esprit dog : Tu la fais réviser un peu tous les jours ?

Amandine : Oui, tous les jours.

Esprit dog : Destruction et propreté, ça s’est passé comment pour toi ?

Amandine : Pour la propreté, en une semaine c’était réglé. Après j’ai beaucoup travaillé, à me lever en pleine nuit pour lui faire faire ses besoins.

Esprit dog : C’est une chienne que tu détaches en forêt ?

Amandine : Toujours ! En forêt, je la lâche complètement. Maintenant, cela fait quelque temps que j’ai repris le travail à la laisse. Je vais au parc, là où il y a plein de stimulations. Avec la longe, je peux la gérer.

Esprit dog : Au niveau de la santé, tu as déjà eu des soucis avec ton chien ?

Amandine : Jamais aucun. On est sur des chiens très costaud, très rustique.

Esprit dog : Parle-moi des tares génétiques qui touchent la race.

Amandine : Alors, il y a la dysplasie du coude. Il y a aussi la surdité et la malvoyance, puisqu’ils ont une majorité de blancs.

Esprit dog : Là aussi, autre chose à retenir, quand on récupère un Jack Russell et qu’on veut qu’il soit en bonne santé, on fait attention au choix de l’élevage. Les parents doivent être testés, on doit avoir un pedigree. La sélection doit être importante. Tu conseillerais le Jack pour quel type de personne ?

Amandine : Je dirais pour tout le monde sauf les personnes sédentaires, enfermées chez elles. Pour les personnes qui ont des enfants, c’est génial. Ils adorent les enfants. Pour les personnes âgées, c’est pareil, c’est bien, mais il faut qu’ils puissent bouger. Même si on n’a pas de jardin ce n’est pas un problème. Justement, cela peut pousser des personnes à sortir.

Esprit dog : Une personne sportive également, puisque se sont des supers athlètes. Toutes les activités lui conviendront. Comment tu expliques cette image désastreuse que le Jack Russell peut avoir aujourd’hui ?

Amandine : Je pense que c’était une race à la mode. Tout le monde s’est dit : c’est un petit chien, c’est très facile. Clairement, ils ont fait n’importe quoi en prenant cette race sans connaître ses besoins.

Esprit dog : Est-ce que tu ne penses pas qu’il y a aussi une dérive de l’élevage ?

Amandine : Énormément !

Esprit dog : Surtout que quand ils ont vu l‘engouement pour la race, ils ont commencé à faire n’importe quoi. Il y a eu également beaucoup de reproduction sauvage chez le Jack Russell. On en a vu une tonne chez beaucoup de particuliers qui faisaient n’importe quoi.

Amandine : Après c’est un chien avec du caractère et de la cohérence !

Esprit dog : Ça a été un plaisir. Merci pour tout, continue à t’amuser avec ta chienne. Et je te dis à la prochaine !

Le Jack Russell a-t-il toujours été blanc ?

Non ! À l’origine, le Jack Russell était entièrement marron. Après plusieurs modifications génétiques, cette particularité lui fut enlevée. Une grande partie du marron présent sur le Jack Russell a été remplacée par le blanc. Ce choix a été fait de manière stratégique. En effet, ce toutou était utilisé pour chasser le renard. Ainsi, il était important de différencier le chien de la proie.

D’où vient le nom Jack Russell ?

Ce nom vient du révérend Russell. Ce dernier était passionné de chasse au renard et élevait des chiens destinés à cette tâche en Angleterre au milieu des années 1800. Mais cette race ne s’est pas toujours appelée Jack Russell. En effet, au début elle s’appelait Parson.

Cette race de chien saute-t-elle ?

En plus d’être très endurant, le Jack Russell est capable de sauter à presque 1,50 m de haut. Il est donc important de lui fournir une éducation correcte afin que ce dernier ne saute pas sur les personnes étrangères à votre foyer.

Est-il vrai que cette race de chien est sujette à la surdité ?

Oui, le Jack Russell est sujet à la surdité. Véritable maladie génétique, la surdité est due à son pelage blanc. En effet, les gènes de pigmentation de ce type de pelage favorisent la surdité chez le chien. Toutefois, tous les chiens ne sont pas touchés par la surdité. Pour être sûr que votre animal aille bien, il est important de lui faire passer des examens de routine. Ainsi, vous pouvez vous assurer de l’état de santé de votre toutou.

Le Jack Russell

Informations sur la race

  • Gabarit : Petit
  • Esperance de vie : Environ 14 ans
  • Type de poils : Court
  • Couleur(s) de robe : Blanc, Fauve, Noir
  • Taille Mâle : 25 à 35 cm
  • Taille Femelle : 25 à 35 cm
  • Poids Mâle : 5 à 8 kg
  • Poids Femelle : 5 à 8 kg
  • Perte de poils : La perte de poils est assez importante et s’intensifie en période de mue.
  • Besoin d'exercice : Très endurant et dynamique, le Jack Russell a besoin d’énormément d’activités sportives. De longues balades quotidiennes sont donc conseillées. Il est également conseillé de travailler son mental en lui proposant des activités spécifiques comme le pistage ou l’agility.
  • Coût mensuel moyen : Environ 20 € par mois