Le Montagne des Pyrénées, un chien autonome qui doit être aimé

Montagne des Pyrénées pour header fiche de race
  • GabaritGrand
  • Espérance de vieDe 10 à 12 ans.
  • Type de poilsLong
  • Taille MâleDe 70 à 80 cm
  • Taille FemelleDe 65 à 75 cm
  • Poids MâleDe 56 à 64 kg
  • Poids FemelleDe 50 à 59 kg
  • Couleur(s) de robeBlanc
Voir la vidéo

Le Montagne des Pyrénées est un chien autonome mais qui a besoin de se sentir aimé par son maître pour être heureux. C’est un des géants de l’espèce canine qui impressionne. Tony, éducateur et comportementaliste canin d’Esprit Dog, nous dévoile tout ce qu’il faut savoir sur cette race si attachante aux côtés d’Eve, propriétaire et éleveuse de Montagnes des Pyrénées.

Le Montagne des Pyrénées est un magnifique chien de grande taille très robuste.

« On dit souvent que c’est un ours. Les gens le comparent à Belle et Sébastien, d’autres disent que c’est un Saint- Bernard. Mais, c’est souvent un regard bienveillant. » explique le proprio.

En effet, le Montagne des Pyrénées est souvent confondu avec d’autres chiens de travail comme le Berger des Pyrénées. Mais ce sont deux races qui n’ont rien à voir. Le Montagne des Pyrénées va faire 60 à 65 kilos voire plus quand il fait de l’embonpoint. Quand le berger des Pyrénées sera plutôt autour des 15 à 20 kilos. Donc ce sont des gabarits différents mais ils ont aussi des fonctions différentes à l’origine.

CTA formation ESPRIT DOG Chiot

Formation Esprit Dog Chiot

Vous allez être ou vous êtes l'heureux propriétaire d'un montagne des Pyrénées ?
Cette formation est faite pour vous !

Découvrir

Psssst...!

Profitez de 10€ de réduction sur nos formations Chiot et Family grâce au code PYRENEES10

Découvrir

Attention ! Cette promotion n'est disponible que jusqu'au 1er Juin

CTA formation ESPRIT DOG Family

Formation Esprit Dog Family

Votre montagne des Pyrénées est adulte et vous souhaitez parfaire son éducation ou tout simplement partager plus avec lui !

Découvrir

Le Montagne des Pyrénées est un protecteur, un gardien des troupeaux et le berger des Pyrénées est un guide de troupeaux. En tant que protecteur de troupeau, le Patou est un animal qui peut vivre en autonomie quasi-totale avec un troupeau et les protéger des grands prédateurs.
À ne pas comparer non plus avec les Bergers australiens. Ils ne fonctionnent pas intellectuellement de la même façon.
Le Montagne des Pyrénées est ce qu’on appelle un chien décisionnaire de ses actions la plupart du temps.

« En gros, il est habitué à fonctionner en autonomie. Il sait ce qu’il a à faire et il n’attend pas le commandement de quelqu’un pour savoir ce qu’il doit faire », précise Tony.

Les Bergers australiens sont des conducteurs de troupeaux. Ils sont non décisionnaires et attendent les consignes.

Il va y avoir une différence aussi au niveau du dressage et de l’éducation. On ne peut pas obtenir les mêmes résultats avec un Patou et un Berger Australien.

« Ça ne veut pas dire qu’il ne peut pas apprendre à faire assis ou coucher mais vous n’aurez jamais ce côté très instinctif, intuitif et rapide » tient à signaler Tony.

Avant d’ajouter « si vous prenez un Montagne des Pyrénées pour en faire un Berger australien ça ne fonctionnera pas et vous allez vous casser les dents dessus et surtout vous allez briser ce lien qui doit vous unir avec le Montagne des Pyrénées ».

Dans l’Histoire, en France, Louis XIV, avait commencé à intégrer ces animaux dans les châteaux pour faire de la garde et peu à peu les grands prédateurs (comme les ours) ont disparus.

Il n’y a plus beaucoup de grands prédateurs aujourd’hui dans nos montagnes (Pyrénées, Alpes…) donc le Montagne des Pyrénées est moins utilisé pour ses fonctions premières.

Mais en tant que protecteur et gardien de troupeaux, le Montagne des Pyrénées est-il capable de vivre avec des particuliers et de s’intégrer à une vie de famille sans jamais faire de protection de troupeaux ?

Un chien compatible avec la vie de famille

Le Patou peut être un super animal de compagnie.

Il faut d’abord savoir où est né et où a grandi le Montagne des Pyrénées. Si le chiot a grandi chez un éleveur qui n’a pas de mouton ou de brebis, par exemple, alors il peut s’intégrer sans problèmes à une vie de famille avec enfants.

« Et ça peut être un compagnon incroyable pour toute la famille » ajoute Tony, éducateur et comportementaliste canin.

« Ce chien-là, il peut aller avec tout le monde. Avec des personnes âgées, avec des jeunes, avec vraiment tout le monde dans la mesure où on le respecte. » dit Eve, à la tête d’un élevage de patous.

Mais il faut prévoir une grande voiture pour accueillir un Montagne des Pyrénées dans la famille surtout s’il y a des enfants !

Le caractère du Montagne des Pyrénées

Le Patou a un caractère doux, indépendant et fidèle.

« On dit indépendant parce qu’il agit de lui- même. C’est un chien qui va réfléchir et qui va analyser. Ce n’est pas le chien qui va aller d’instinct dire bonjour. Il se met dans un coin, il observe et quand il voit qu’il peut avoir confiance alors il va y aller. » explique Eve, passionnée de la race.

Mais ce sont des chiens aboyeurs car en tant que protecteurs d’un troupeau, ce sont des animaux de protection de nuit. « Donc le soir, j’en ai 13 et à tour de rôle ils se lèvent, ils signalent en faisant le tour du terrain en mode garde », avoue-t-elle.

Un maître leader

Le propriétaire du Patou doit être le leader de la famille.

Une personne qui inspire la confiance aux yeux du chien que ce soit un mâle ou une femelle.

« Pour qu’un chien croit en vous, il faut l’attitude, c’est l’énergie que vous allez dégager. Tout ce que vous faites au quotidien, doit laisser penser à ce chien que vous êtes fiable et digne de confiance. Et que vous avez toujours la bonne solution et la bonne option », détaille Tony.

Ce chien doit être heureux et doit se sentir aimé par son maître. Il faut qu’il y ait une connexion avec son maitre pour que ça fonctionne.

« S’il n’y a pas cette connexion, le chien partira. On entend souvent dire que le Montagne des Pyrénées et un chien fugueur. NON. Il n’est pas fugueur mais il fugue parce qu’il est malheureux chez lui donc il se barre. » précise Eve, qui tient un élevage.

D’ailleurs, en tant qu’éleveuse, elle précise qu’elle ne confie pas un Montagne des Pyrénées à n’importe qui. Elle récolte d’abord plusieurs informations.

« J’ai un monsieur qui voulait m’acheter un Montagne des Pyrénées. Je lui pose beaucoup de question pour savoir ce qu’il va en faire. Il m’a dit que ce seraient ses gens qui allaient s’en occuper. En fait, il voulait une statue dans un jardin. J’ai refusé de lui vendre pourtant il avait plein d’hectares. Mais le chien a besoin de savoir que son maitre va l’aimer. Et besoin d’avoir de l’affection. Par contre, j’ai vendu à un couple qui vivent dans un immeuble. Ben le chien, tous les jours il traverse le Rhône, tous les jours il est avec eux du matin au soir. » explique-t-elle.

Les besoins du Montagne des Pyrénées

Le Patou doit sortir !

Il faut qu’il ait une vie épanouissante, il faut que le propriétaire vive des aventures avec son animal. C’est à travers le partage d’aventures que le maître et son chien de compagnie créé du lien.

« Si vous n’avez pas de lien avec ce type de chien, il ne fera rien pour vous et vous n’en tirerez absolument rien. » veut signaler Tony.

Le Montagne des Pyrénées peut s’adapter a quasiment tous les types d’environnement tout en respectant ses besoins et ce qu’il est.

Les Patous ont besoin de se promener, de sortir et dès qu’ils sont chiots. Même s’il est très grand et pas capable de faire 20 bornes à vélo, il a quand même :

  • besoin de se dépenser,
  • d’évacuer de l’énergie,
  • et besoin intellectuellement de faire des choses.

La vie en appartement

Certaines personnes pensent que les races des gros chiens ne sont pas compatibles avec la vie en appartement. Ils pensent que ça prend de la place, que ça casse tout, que ça a besoin de bouger mais c’est faux.

Le Montagne des Pyrénées n’est pas un destructeur.

« Ça ne détruit pas plus voire moins et ça bouge beaucoup moins qu’un petit chien » dit Tony.

D’ailleurs, il ne faut pas punir son chien systématiquement s’il réagit aux bruits en appartement quand il entend une personne dans la cage d’escalier ou le bruit de l’ascenseur.

Le maître ne doit pas toujours lui dire « non ». Mieux vaut le féliciter, lui dire que c’est bien ainsi il arrêtera plus vite d’aboyer, par exemple. Ainsi, le chien se sent valoriser pour une action très naturelle chez lui. « Vous allez avoir qu’un petit aboiement et on en parle plus », ajoute Tony. Mais ces animaux sont sur le qui-vive. Ils donnent parfois l’impression qu’ils dorment mais ils sont souvent en observation.

« Il a toujours ses oreilles qui vont traîner pour voir ce qui pourrait se passer » précise Tony.

En effet, le Patou prend beaucoup de plaisir à regarder, à observer, à protéger et à être alerte et vif pour pouvoir agir.

« Parfois ça peut surprendre ! Car on a l’impression que c’est très pataud, que ça dort, que ça ne comprend rien à ce qui se passe mais mine de rien, il a toujours un petit bout d’œil qui va trainer » continue Tony.

C’est pour cette attitude « en alerte » et son besoin d’observation que le Patou doit sortir beaucoup de l’appartement dès qu’il est chiot. « On va devoir très régulièrement sortir avec lui, pique-niquer, passer du temps avec lui, le laisser aussi entendre les bruits » poursuit Tony.

La santé et l’entretien du Montagne des Pyrénées

Le Montagne des Pyrénées est une race de chien de travail solide qui est moins touché par les problèmes liés aux grands et gros chiens comme la dysplasie de la hanche et des coudes.

Il y a plein de façons de se prémunir de ça comme le choix de l’élevage. Et aussi veillez à ce que le Patou ne devienne pas trop gros.

« Il y a un délire du plus gros du quartier, mais il faut prévenir que plus ça va pousser fit, plus il va être sec en grandissant et plus tu évites les emmerdes. » tient à signaler Tony.

Un chien qui doit rester affuté

Attention à son poids ! S’il devient un modèle hors norme, le poids va se répercuter sur les articulations et sa colonne vertébrale surtout quand il prend de l’âge et une fois adulte.

« De pousser un chien à grossir, ça ne lui rend pas service. Quand je vois des chiots de 7 mois qui font 50 kilos, ça veut dire qu’à 2 ans le chien il est foutu avec les pattes foutues. Un chien il faut lui donner 2 ans pour grandir et à 4 ans il est parfait. Un Montagne des Pyrénées à l’âge de 4 ans est au top du top. C’est très important car on peut casser un chien et le détruire avant qu’il ait deux ans. C’est le gros problème. » argumente Eve éleveur de patous.

Donc, attention au niveau de la nourriture.

D’ailleurs pendant la croissance, le temps qu’il atteigne sa taille adulte, il faut éliminer tout ce qui est explosivité musculaire. Car le gabarit sur le squelette est trop imposant et demande beaucoup d’effort au chien.

« Mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas promener son chien ou qu’il ne faut pas le faire marcher car c’est indispensable », veut signaler Tony.

Les maladies possibles chez le Patou

La myélopathie dégénérative est une atteinte neurologique progressive qui peut entrainer une paralysie des membres postérieurs voire antérieurs.

« C’est la maladie où on fait la guerre actuellement au niveau des éleveurs. La myélopathie dégénérative nous tue les chiens entre 6 et 8 ans. » lâche Eve, propriétaires de plusieurs chiens de cette race.

Mais c’est une maladie qui peut se dépister avec le traçage ADN.

« C’est génial. Ça coûte très cher pour faire tester un chien. Les radios, les hanches, les coudes… Quand on veut tout faire, il faut compter à peu près 300 €uros par chien. C’est une garantie que le client aura un chien en bonne santé et ça c’est important. » ajoute-t-elle.

Ensuite, au niveau du budget vétérinaire « c’est un gros budget. S’il t’arrive quoi que ce soit c’est facile 1 200 à 1 500 €uros. Je conseille de mettre un peu d’argent de côté tous les mois. Car le jour où tu as une catastrophe, tu as de l’argent d’avance. » tient à signaler Eve.

L’entretien

Le Patou est un animal rustique qui ne demande pas un toilettage poussé au niveau de son poil.

Une brosse, un des seuls accessoires qui suffit pour brosser son poil de temps en temps.

« On est en août dans le sud de la France et ils ont une grosse fourrure quand même. Il faut donc le brosser une fois par semaine. » explique Eve.

Pour sa santé, il lui faut également une bonne alimentation et nourriture ainsi qu’une bonne condition de vie.

Ce qu’il faut retenir du Montagne des Pyrénées

Utilisé à la base pour la protection des troupeaux et la garde de la ferme, le Montagne des Pyrénées est d’un naturel méfiant vis-à-vis des étrangers. Intelligent et affectueux, il s’entend à merveille avec les enfants sans oublier que ce chien est protecteur !

D’où vient le Montagne des Pyrénées ?

Le Patau ou chien de Montagne des Pyrénées ne fut connu qu’au moyen âge bien qu’il existait depuis des temps immémoriaux.

Ce gentil géant était particulièrement apprécié pour garder et défendre les troupeaux. Mais il connut sa période de gloire en servant de chien de compagnie à la cour de Louis XIV.

Peut-il vivre avec des enfants ou des vieux ?

Bien que grand et très imposant, le Montagne des Pyrénées est un chien obéissant, fidèle et surtout calme.

C’est un excellent animal de compagnie qui en plus possède un grand sens de la famille. Il s’adapte facilement à tous les environnements de vie, avec vieux et enfants. Cependant, il lui faut obligatoirement l’attention de ses maîtres pour vivre heureux.

Comment éduquer un Montagne des Pyrénées ?

Comme tous les chiens imposants, l’éducation du Montagne des Pyrénées doit commencer très tôt, dès ses premiers mois voire ses premières semaines.

Il doit recevoir une éducation à la fois douce pour lui témoigner de l’amour, et ferme pour lui montrer que c’est vous qui décidez. Le rappel et la marche en laisse sont, entre autres des points, à travailler en priorité pour ne pas perdre le contrôle sur votre toutou.

Le Montagne des Pyrénées est-il un chien destructeur ?

Le montagne des Pyrénées est jugé à tort d’être destructeur à cause de son aspect imposant.

Mais il ne fait pas de « bêtises » volontairement. En réalité, il reste calme la plupart du temps, mais il arrive que son grand corps le trahisse. Ce compagnon à quatre pattes ne peut montrer des tendances destructives que pendant ses premiers mois où il découvre les choses.

S’agit-il d’un chien fugueur ?

La nature indépendante du Montagne des Pyrénées l’amène à prendre des décisions en toute autonomie pour son propre bien-être.

Il peut donc décider de partir s’il ne se sent pas heureux ou s’il ne reçoit pas d’attention de la part de son maître. Il n’hésitera pas non plus à fuguer pour découvrir son environnement si on ne le sort jamais ou s’il n’est jamais promené hors du jardin.

 

Le Montagne des Pyrénées, un chien autonome qui doit être aimé

Informations sur la race

  • Gabarit : Grand
  • Esperance de vie : De 10 à 12 ans.
  • Type de poils : Long
  • Couleur(s) de robe : Blanc
  • Taille Mâle : De 70 à 80 cm
  • Taille Femelle : De 65 à 75 cm
  • Poids Mâle : De 56 à 64 kg
  • Poids Femelle : De 50 à 59 kg
  • Perte de poils : Les pertes de poils sont modérées chez le Montagne des Pyrénées même en période de mue. Quelques brossages hebdomadaires suffisent pour garder la beauté de sa robe et maintenir votre Montagne des Pyrénées en bonne santé.
  • Besoin d'exercice : Comme toutes les races de chien, le Montagne des Pyrénées a besoin de se dépenser physiquement et intellectuellement pour être épanoui. Les promenades l’aident beaucoup. Il faut tout de même attendre la fin de sa croissance vers 3 ans pour le soumettre à de grands efforts physiques (randonnée, tractage d’attelage...
  • Coût mensuel moyen : Environ 70 €