Le SÉNAT pour la vente en animalerie ?

play video

Salut à tous ! Bienvenue sur Esprit Dog. Il y a vraiment des moments où l’on a le droit, et c’est normal, d’être épuisé. Je suis épuisé de voir certaines choses qui sont faites contre le chien. Cette nuit, le Sénat devait voter sur une proposition de loi concernant le bien-être animal. Sur le sujet, nous allons être très clairs et prendre un raccourci qui peut déplaire à certains. En fait, sur le bien-être animal, il n’y a rien. Ils ont voté quelque chose en vendant cette chose comme une grande avancée. Sauf qu’il n’y a aucune avancée. Le Sénat devait également se décider sur la vente en animalerie. Focus sur ce qui a et surtout ce qui n’a pas été fait.

Les différentes propositions du Sénat

Dans les avancées de la proposition de loi qui a été votée cette nuit, il y a :

  • L’interdiction des animaux dans les cirques (qui finalement resteront dans les cirques)
  • Les dauphins dans les delphinariums (qui seront également encore dans ce genre d’endroit)

Toutefois, ces deux choses ne sont pas dans mes domaines de compétences. Donc, je vais m’arrêter de parler de ça. Il y en a beaucoup qui devraient faire comme moi, comme les sénateurs, et arrêter de parler de ce qu’ils ne connaissent pas. Personnellement, mon domaine de compétence, ce sont les chiens. À la base, dans la proposition de loi du Sénat, c’était très clair : il n’y avait plus de vente d’animaux sur Internet ou en animalerie. Maintenant, on se retrouve avec : obligation de les mettre dans la catégorie animale. Ainsi, les personnes qui recherchent un meuble ne se retrouveront pas avec des propositions de chiens. C’est une loi ridicule qui n’enlève rien au problème.

Dans la proposition de loi faite au Sénat, il y avait également l’interdiction de vente de chiens et de chats en animalerie. Encore une fois, cette résolution n’est pas passée et l’on se retrouve avec la même chose qu’avant. Néanmoins, le Sénat a déployé quelques artifices que l’on appelle : la jetée de brouillard. Cela peut dégoûter et l’on peut se dire à un moment que ça ne changera jamais et qu’il faut arrêter de parler de bien-être animal. Il faut que les hommes politiques arrêtent de parler de l’abandon et de la souffrance animale. En effet, ils avaient l’occasion de changer une partie de la loi et ils ont décidé pour des raisons probablement financières de ne pas le faire. Ça, nous ne pouvons pas l’accepter.

Aucun changement à l’horizon pour le bien-être animal

Surtout, j’espère qu’ils ne chercheront pas à en faire une demi-victoire et qu’ils ne feront pas de la récupération en disant qu’ils ont fait avancer les choses. Ici, il n’y a aucune avancée. Ils ont juste pris tous les partenaires du monde du chien pour des idiots. Ils nous ont fait travailler sur des mentions qui pourraient être appliquées et qui ne passeront jamais. Ces personnes nous ont donné l’espoir et, l’espoir, c’est la chose la plus terrible que l’on peut donner à quelqu’un pour ensuite lui retirer. Aujourd’hui, il faut prendre ses responsabilités. En effet, en ne votant pas la loi, les sénateurs confirment que l’abandon et la maltraitance sont acceptables. C’est dramatique et il faut que tous ceux qui travaillent dans ce sens-là se révoltent contre ces décisions.

Pour ma part, je vais vous tenir le seul vrai discours qui existe. Ne comptez plus sur personne à part les personnes qui ont des chiens. C’est à vous d’agir et de ne plus acheter en animalerie ou sur Internet. Dans le cas de l’adoption en animalerie, la démarche intellectuelle de la personne est de se dire que cela fait de la peine de voir le chien dans cette situation. Toutefois, si vous en achetez un, vous en mettrez de nombreux autres à sa place. Si vous n’en achetez pas, vous en sauvez énormément. Il faut que l’on arrive tous ensemble à comprendre que la force du nombre fera plier à un moment donné. Les vraies actions passent par un arrêt total de la consommation dans ce genre de lieux.

Des propositions contre la vente en animalerie non retenues par le Sénat

Bien évidemment, nous avions travaillé sur des propositions de loi. C’est un mépris et un dégoût que je peux avoir pour le monde professionnel canin. Tout le monde voulait récupérer une part du gâteau avec de faux prétextes. Toutes ces personnes du monde canin qui pensent que rien ne peut se faire ont finalement raison. Grâce à eux, rien ne pourra jamais se faire puisqu’ils passent leurs journées à n’entreprendre aucune action.

Je vais aussi me permettre de dire aux sénateurs ce qu’est un chien en animalerie. Ce chiot va vivre toute son enfance derrière un plexiglas. Je vais également leur demander s’ils auraient aimé que leurs enfants vivent derrière un plexiglas pendant 10 ans. En effet, un chiot qui va avoir 6 ou 7 mois et qui vit en animalerie, à presque 10 d’âge humain. Est-ce que c’est ça la vie ? Est-ce que la découverte de la vie, c’est de la vivre sous un plexiglas ? La découverte de la vie, c’est dormir sous 2 m² ? Est-ce que l’on peut découvrir la vie en dormant dans ses excréments à longueur de journée ? Si ce n’est pas la vie que les sénateurs imaginent pour un chien, c’est celle qu’ils ont validée la nuit dernière.

Des troubles du comportements qui vont s’accentuer

Une partie des gens qui vont récupérer des chiens d’animalerie vont rapidement se retrouver dépassés. Lorsqu’ils vont se retrouver dépassés, malheureusement, ils vont abandonner leurs chiens. Cet abandon va se faire puisque le début de la vie du chien n’a pas été bon. La base n’a pas été bonne et c’est le même principe pour tous les chiens que l’on peut trouver sur « le bon coin » ou sur Internet. Leur début de vie va être catastrophique. En permettant de faire cela, on nourrit l’abandon.

Les refuges, je pense qu’ils aimeraient se nourrir d’autre chose que de nombreux chiens qui arrivent en masse. Nous n’avons jamais connu autant d’abandons et tous les ans, c’est la même chose. Pour une fois, nous avions l’occasion, grâce à cette loi et cette proposition, d’être un exemple pour tous nos voisins européens. On confie encore les clés du camion à des gens qui ne savent même pas à quoi ressemble un chien. Ils ne savent pas non plus à quoi ressemble la vie de ces chiens derrière des plexiglas, dans des box, ou vendus sur Internet par des réseaux de mafieux.

Pour conclure, j’aimerais dire aux sénateurs d’arrêter de prendre des décisions sur des sujets qui les dépassent complètement. Si vous avez envie de savoir à quoi ressemble un chien et son mode de fonctionnement, je vous invite à venir. Ce sera un réel plaisir de vous expliquer ce que c’est, de vous orienter pour le mieux et de vous parler de la réalité de ce qui est en train de se passer aujourd’hui. Après ça, vous n’aurez plus jamais la même vision des choses.

Sénat et vente en animalerie : le combat continu

Monsieur Dombreval, vous vous êtes battus et j’espère que vous allez continuer votre action et que vous ne verrez pas ça comme une victoire ou une demi-victoire. C’est en fait une énorme défaite qui doit entraîner obligatoirement une très grande riposte.

Enfin, pour les maîtres de chien, c’est vous qui allez changer les choses. Vous allez les changer en prenant les bonnes décisions. En n’allant plus en animalerie, en n’achetant plus vos chiens sur Internet vous allez changer les choses. Chaque fois que quelqu’un aura de bonnes idées et entreprendra des actions positives pour le chien, suivez le. Suivez le avec force et ne râlez pas. Quelle que soit la personne qui a une bonne idée, elle doit être accompagnée sinon, les bonnes idées ne passent jamais et l’on ne conserve toujours que les mauvaises idées. C’est comme ça que ça dure depuis des dizaines d’années dans le monde du chien.