Exercice facile pour amĂ©liorer le « pas bouger Â» de votre chien !

Aujourd’hui, on va travailler le « pas bouger » tout en Ă©tant un peu exigeant ! On va demander Ă  votre chien de ne pas se retourner quand vous partez dos Ă  lui.

Ce n’est pas Ă©vident mais il y a des techniques pour l’apprendre.

Quand on travaille cela, on devrait avoir un chien qui regarde devant lui et qui ne se retourne jamais. Ici, on va vouloir un chien qui ne pivote pas. Et ça, c’est un peu diffĂ©rent. Si un chien se retourne, ça ne me dĂ©range pas parce que je veux un chien connectĂ© avec moi donc avec un point de regard c’est toujours mieux.

Travailler le « pas bouger » avec une mise en situation

La premiĂšre variation

Au dĂ©part, vous mettez le jouet de votre chien devant lui, il va le focaliser. Vous allez partir dos au chien, vous allez revenir et donner le feu vert pour qu’il aille rĂ©cupĂ©rer son jouet. Comme le chien est focalisĂ© devant, il ne se retourne pas.

Travailler le « pas bouger » : seconde variation

Toujours avec le jouet devant lui mais vous récupérez le jouet.

Vous passez de dos au chien avec le jouet. Quand le chien commence Ă  se lever pour pivoter, indiquez-lui qu’il fait une erreur en lui disant « non ». Revenez Ă  votre endroit initial. Puis recommencez l’exercice en baissant un petit peu la difficultĂ©, Ă©loignez-vous moins avant de rĂ©compenser par exemple.

L’idĂ©e est de dire au chien qu’il n’a pas eu sa balle parce qu’il a levĂ© son derriĂšre et a commencĂ© Ă  vouloir se retourner.

Quand vous allez recommencer, Ă  un moment donnĂ© le chien ne va pas se retourner mais simplement tourner la tĂȘte et non pas pivoter son corps. Dans ce cas-lĂ , faites tout de suite demi-tour. Prenez la balle en main, jetez-lĂ  et envoyez votre chien sur une phase de jeu.

Il y a plein d’autres variantes : vous prenez son jouet, vous avancez, le chien ne se retourne pas. Vous ne prenez pas de jouet, vous partez derriùre le chien, vous revenez, bravo. Et on recommence à avancer.

L’objectif de travailler le « pas bouger »

L’idĂ©e est que le chien doit continuer Ă  apprendre des choses.

Beaucoup s’amusent, jouent avec leur chien, partagent des moments. Mais Ă  un moment donnĂ©, on a l’impression que son chien est au bout du chemin.

Tous ces exercices, quand ils sont faits intelligemment, sans laisse, sans Ă -coups, sans Ă©nervement, sans cris, sont utiles pour le chien et pour le maĂźtre. Ça relance le couple maĂźtre-chien dans une dynamique d’apprentissage et de relationnel qui fait que le chien prend du plaisir Ă  vous regarder.

Un chien qui connaüt tout c’est aussi un chien qui, parfois, ne vous regarde plus parce qu’il anticipe tout ce que vous faites.

Continuer d’apprendre mais apprendre utile !

Il y a une vraie diffĂ©rence entre « je veux que mon chien regarde tout droit », dans le cas d’un chien d’utilitĂ© (armĂ©e, police) parce qu’il y a un but de ne pas perdre la cible de vue ; et, ce qu’on devrait apprendre Ă  tout particulier en faisant cet exercice pour tourner la tĂȘte. L’exercice est essentiel pour qu’il :

  • apprenne Ă  se contrĂŽler,
  • comprenne que mĂȘme si on part au dos, il doit rester sur sa position initiale.

C’est la diffĂ©rence entre :

  • « j’apprends des choses et je me mets au niveau de mon quotidien et de ce qui est utile pour moi et pour mon chien »,
  • et de « ce qui n’est pas utile mais m’acharner quand mĂȘme Ă  vouloir obligatoirement quelque chose qui ne sera mĂȘme plus accessible en extĂ©rieur » parce que le chien l’aura mal appris.

Ce n’est vraiment pas ce qu’on veut.

👉 Pour approfondir l’ordre « pas bouger » lisez cet article : Comment amĂ©liorer le « pas bouger » de votre chien ?