Pourquoi trop utiliser le mot « non » créé de la panique chez son chien ?

Pourquoi trop utiliser le mot « non » créé de la panique chez son chien ?

Le « non » est un mot utilisé trop souvent et parfois pour de mauvaises raisons. Cela peut créer de la panique chez le chien. Tony, éducateur et comportementaliste canin d’Esprit Dog, va nous expliquer comment réagir pour éviter d’utiliser trop le « non ».

En effet, certains maîtres utilisent le « non » à la place d’un autre ordre ou avant même que le chien fasse un pas de travers. C’est une erreur qu’il faut rectifier rapidement avant que le chien entre en confusion et perde confiance en son maître.

Exemple concret de la mauvaise utilisation du « non »

Exemple de la mauvaise utilisation du mot « non » dans un cas pratique lors d’une formation professionnelle Esprit Dog.

L’exercice est de demander à la chienne de s’assoir et de rester immobile alors qu’on lui tend une friandise. Le bon mot à utiliser dans ce cas de figure est « attends » ou « pas bouger ». Or, la maîtresse va paniquer et répéter plusieurs fois à sa chienne « c’est non ».

En réalité, la maîtresse devrait plutôt utiliser les termes « Assis » ou « Attends ». Quand on présente une friandise, on dit « pas toucher ». Et si cela fonctionne, si le chien ne bouge pas avec la friandise sous le nez, la maîtresse ne doit rien ajouter car le chien obéit déjà !

Ensuite, on peut lui permettre de prendre la friandise en guise de récompense. Mais, en effet, si le chien se met à bouger, la maîtresse peut dire « non » et replacer son chien à l’endroit de départ, lui rappeler le « pas bouger » et refaire l’exercice jusqu’à la victoire.

Les risques de son emploi abusif

Lorsqu’on n’utilise pas le bon mot au bon moment, le chien peut perdre confiance en son maître.

Il faut vite que le propriétaire réagisse et se corrige. Car à force de paniquer, le chien peut aussi se mettre à stresser alors que la situation n’était pas spécialement stressante à l’origine. Il peut alors devenir un chien réactif même quand il ne se passe pas grand-chose.

« Combien de fois dans ma vie j’ai vu des gens, quand ils voyaient un vélo passer c’était panique à bord… alors que le chien s’en désintéresse. Si vous faites ça pendant deux balades, à la troisième, le chien va réagir. C’est le début des problèmes » explique Tony.

De plus, en utilisant mal le mot, le chien peut se mettre à le désapprendre et ne plus connaître sa définition réelle. Finalement, mieux vaut attendre que le chien se trompe avant de le réprimander.

« Un chien qui se trompe, qui fait mal, c’est bien ! Parce que ça permet de lui indiquer. Permettez à vos chiens de se tromper et permettez-leur aussi de bien faire les choses. » conclut Tony.